Vaut-il mieux investir dans le nouveau PERIN ou le PERCOL ?

Le PERIN (plan d’épargne retraite individuel) et le PERCOL (plan d’épargne retraite collectif) sont tous deux des sous-produits du nouveau PER, au même titre que le PERCAT (plan d’épargne retraite catégoriel). Ces produits sont destinés à deux classes d’épargnants différents, mais qui peuvent faire l’objet d’un transfert au sein du même du PER : c’est cette portabilité qui fait en partie le succès de ce nouveau plan.

Investir dans le PERIN

Le PERIN est à la fois la refonte du Plan d’épargne retraite populaire PERP et le contrat Madelin. Il est donc destiné à recueillir l’épargne de tout individu sans distinction de situation professionnelle, ainsi que celle des travailleurs indépendants. Les versements du souscripteur sont libres et volontaires. Le PERIN est cependant plus souple et plus avantageux que ces 2 anciens contrats : nous verrons les détails plus bas.

Euro, Semblent, Argent, Finances

Investir dans le PERCOL

Le PERCOL quant à lui est le remodelage de l’ancien plan d’épargne pour la retraite collectif PERCO. Il recueille donc les versements du souscripteur qui est un salarié d’entreprise. Ces versements proviennent directement de l’employeur, sous forme d’abondement, de participation et d’intéressement, ou encore de congés non jouis convertis en épargne. Le salarié lui-même est libre de l’alimenter avec ses propres versements volontaires. Comme il s’agit d’un produit du nouveau PER, le PERCOL lui aussi est assorti de nombreux avantages par rapport à l’ancien PERCO.

Les points forts pour le PERIN et le PERCOL

Ces deux produits offrent de nombreuses possibilités jusqu’alors inexistantes dans le PERP, le Madelin et le PERCO.

Tout d’abord, la sortie en capital à 100% est désormais autorisée si elle n’était que de 20% seulement pour ces anciens contrats, contre 80% de rentes obligatoires. Cela, au moment du rachat du contrat, c’est-à-dire au départ à la retraite. En clair, PERIN et PERCOL proposent :

  • soit une sortie 100% en capital
  • soit une sortie 100% en rentes
  • soit un rachat à la fois en capital et en rentes

Par ailleurs, la sortie anticipée en capital est autorisée avant cette échéance, en plus des 5 autres conditions de sortie anticipée déjà disponibles dans les anciens contrats.

PERIN et PERCOL sont fiscalement avantageux car ils permettent la déduction des primes de versement. Dans ce cas, le capital débloqué au moment de la sortie autorisée sera imposé. Si en revanche, le souscripteur n’a pas opté pour la déduction de ses versements et qu’il décide de sortir en capital à terme, cette sortie sera exonérée d’impôt. La fiscalité à la retraite dépend de cette option de déductibilité ou non des primes de versement, soit le régime des rentes viagères à titre gratuit ou à titre onéreux.

PERIN et PERCO étant des sous-produits du PER, ils peuvent être transférés d’un plan à l’autre au sein même du PER, en toute facilité et sans avoir à payer de frais de transfert si le contrat a été souscrit depuis au moins 5 ans. Ainsi, l’épargne continue de fructifier dans un seul produit détenu par la même compagnie d’assurance, en conservant les mêmes avantages.

En conclusion, la préparation de la retraite se retrouve simplifiée grâce au PER. Celui-ci est d’ailleurs apprécié pour son attractivité, avec ses nouvelles dispositions qui se rapprochent de l’assurance-vie. Ce qui fait de lui un produit plus compétitif, face à cette dernière. Rappelons que le PER a été conçu à partir de la loi PACTE, dont les objectifs sont multiples. Outre la simplification de la détention des produits d’épargne long terme, ladite loi permet de faciliter la création et la transmission d’entreprises, de soutenir les PME à l’export et de protéger les entreprises stratégiques.